QPV#26 – Associations

Cette enquête a été adressée le 27 novembre 2019 aux étudiants francophones du programme Grande École. Un grand merci aux 901 (!!) votants. Le formulaire-type est disponible ici.

Prix des assos

  • Les plus représentées : le Club Foot et le RCH, avec respectivement 106 et 101 répondants.
  • La plus appréciée : ESP’R, avec 64% d’avis positifs.
  • La moins aimée : le Club Foot, avec 45% d’avis négatifs.
  • La plus fêtarde : le RCH, dont 42% des membres sortent au moins 4 fois par semaine.
  • Le meilleur GPA : Duo Conseil X-HEC, dont 64% des membres ont plus de 3,5 de GPA.
  • La plus impliquée : la JE, dont 43% des membres consacrent plus de 15h par semaine à leur vie associative.
  • Les plus forts liens d’amitié : le Zinc, dont 95% des membres ont rencontré leurs meilleurs amis grâce à leur vie associative.
  • La plus forte part de prépas privées : le Club Voile, qui compte 77% de membres issus de prépas privées sous contrat, soit plus de deux fois plus que la moyenne.
  • La plus forte reproduction sociale : Croisière Caraïbes, dont 52% des membres ne considèrent pas leur entrée à HEC comme une forme de promotion sociale.

Résultats

Les résultats interactifs sont accessibles en cliquant ici.

Une carte des assos est également disponible. Elle représente les « assos amies », c’est-à-dire qui ont des membres en commun (doublons). Sur cette carte, le taille des assos est proportionnelle au nombre de répondants de cette asso. Si deux assos sont reliées par un trait, c’est qu’elles ont un grand nombre de membres en commun ; et plus ce trait est épais, plus il y a de doublons

Remarque : Par exemple, IS ou FDB ne sont reliés à aucune autre asso, ce n’est pas que les membres de ces assos n’en ont pas d’autres. Cela signifie simplement qu’il n’y a pas de tendance remarquable. La population de ces IS et FDB est donc plutôt représentative de la population globale d’HEC.

Introduction – Méthodologie

Ce QPV a recueilli le plus grand nombre de réponses jamais recensé dans l’histoire de l’association : 901 au total. Ces réponses ont fait l’objet d’un traitement particulier dont nous tenons à vous exposer les grandes lignes.

1/ nous avons procédé à l’élimination des trolls : plusieurs réponses se signalaient par leurs incohérences comme de « fausses réponses » (par exemple un homme membre du FHF), nous les avons donc supprimées du panel qui compte donc finalement 891 répondants.

2/ un enjeu particulièrement sensible de ce QPV fut la garantie de l’anonymat des réponses : en croisant les différentes réponses par le jeu des corrélations, il aurait pu être facile d’identifier une personne ciblée. C’est pourquoi dans la liste des associations, nous n’avons pas fait figurer les associations comportant trop peu de répondants (< 7), et nous avons bloqué les corrélations avec l’année de scolarité.

Par ailleurs, les résultats de ce QPV sont extrêmement riches en termes de corrélations (caractéristiques des membres des assos, que pensent les membres de telle asso à propos de telle question, etc.) : il ne nous est donc pas possible de toutes les développer dans notre analyse. Aussi vous conseillons-nous d’aller explorer les corrélations par vous-mêmes : cliquez sur le lien Power BI, et filtrez les réponses en cliquant sur n’importe quel résultat.

Analyse

1. L’engagement associatif des HEC

 

a) L’intégration dans les associations

Si les écoles de commerce ne sont pas réputées pour leurs cours de qualité, elles se veulent être le siège de centaines d’associations étudiantes dont les projets occupent le quotidien des élèves. Quant est-il à HEC ?

HEC se démarque de la majorité des autres Grandes Écoles par la liberté d’engagement associatif qu’elle offre à ses élèves. Non seulement il n’y a aucune limite au nombre d’associations qu’il est possible de rejoindre, mais en plus la quantité d’associations représente rarement un barrage à être recruté dans de nouvelles. Cette liberté nous est précieuse : presque 70% de nos chers répondants s’en délectent. En effet, ces associations sont également des lieux de découvertes. 2/3 des répondants considèrent avoir découvert de nouveaux centres d’intérêts grâce à leur vie associative.

Ce n’est pas pour autant que le temps consacré y est particulièrement élevé. C’est moins de 10h pour 2/3 du campus, soit beaucoup moins que le nombre d’heures de cours par semaine. Il semble y avoir une très forte différence selon la prépa d’origine. Ceux qui viennent d’une prépa publique ont tendance à se désinvestir de la vie associative, avec un temps consacré plus faible. Inversement, les prépas privées se caractérisent par un engagement plus fort que la moyenne.

L’engagement associatif ne s’explique pas seulement par des variables exogènes, mais également par les associations rejointes.

 

b) Des associations vectrices d’intégration

1. Associations et clubs sportifs

Les membres de clubs sportifs sont très investis dans leur vie associative. Presque 50% d’entre eux a au moins 4 assos, alors que c’est le cas pour uniquement 40% du campus. Cela explique également le fait que 2/3 (contre 3/5 en moyenne) passent plus de 5h par semaine à développer leur vie associative.

Le lien avec les autres membres de leurs associations semble y être également plus fort : 57% y a rencontré un.e très bon.ne ami.e, alors que ce n’est vrai que pour 52% du campus.

S’ils ont découvert de nouveaux centres d’intérêt grâce à leurs assos (72% contre 67% en moyenne), ils ont également été plus nombreux à “fiotter” certains recrutements : 4/5 a renoncé à postuler à une asso à cause d’au moins une contrainte, contre 2/3 pour les autres.

Sans surprise, ils ont une vision légèrement plus positive des clubs sportifs, du W, du Z ainsi que du BDE.

2. Humanitaires, inclusives et caritatives

Cette catégorie, particulièrement féminine (48% de “non-homme”, contre 39% sur l’ensemble du panel), a également plus d’assos que la moyenne : ils sont 57% à avoir au moins 4 assos, contre 40% sur la totalité des répondants. Conjointement, on remarque un temps investi plus élevé : 38% passe au moins 10h par semaine dans leur vie associative, alors que seulement 1/3 ne le fait à HEC.

La liste de leurs centres d’intérêt s’est également élargie à leur entrée dans le Josas, avec un écart de 7 points avec l’ensemble du panel.

On remarque également une légère préférence pour le BDA et ESPR par rapport à la moyenne.

 

3. Professionnelles et politiques

Ces associations demandent du temps. C’est pourquoi 2/3 passent au moins 5h par semaine à satisfaire les entreprises du CAC40, alors que seulement 3/5 du reste du campus en fait autant.  Cela est peut-être dû au fait qu’ils ont en moyenne plus d’associations. Plus de 50% d’entre eux n’ont pas réussi à se contenter de 3 asso, et en ont au moins 4 !

En plus de cela, ils osent : la moitié seulement a renoncé à postuler à l’asso de ses rêves, contre 2/3 en moyenne.

Les membres de ces associations “pro” se démarquent aussi par leur rigueur scolaire. Leur GPA dépasse les 3.5 dans 41% des cas, alors que seulement 36% du campus atteint ce score.

Ils ont un avis plus positif des Carrefours et de la JE.

 

4. Internationales

Les associations internationales sont un bon outil de découverte, sans avoir forcément d’attaches particulières avec le pays en question. Pour cela, on remarque que 43% de ses membres s’est découvert de nouveaux centres d’intérêts à travers sa vie associative. C’est 10 points de plus que la moyenne !

 

5. Culturelles et artistiques

C’est la seule catégorie majoritairement féminine, alors que les femmes ne représentaient que 39% du panel. Merci pour le cliché. Elles travaillent dur pour leurs assos, plus de 5h par semaine pour 2/3 d’entre elles (3/5 du campus atteint ce score). Elles ont également une vie associative plus développée que la moyenne, avec 4 asso et plus dans plus de 55% des cas.

En revanche, les membres des associations culturelles ont tendance à moins sortir : 55% sort deux fois ou moins chaque semaine, c’est 10 points en dessous de la moyenne !

Conformément là encore au cliché, les membres de ces asso culturelles adorent le BDA et ESPR, et détestent le Club Foot Masculin, le Rugby Club, Videcom et le Z – ou du moins les apprécient moins que la moyenne.

 

6. Loisir et divertissement

Teuffeurs de l’extrême, 2/3 de leurs membres sortent au moins 3 fois par semaine. Seulement 1/2 du campus arrive à suivre ce rythme effréné ! Cela explique très facilement pourquoi ils sont 43% (contre 32% en moyenne) à préférer les apéros de recrutement comme mode de sélection. Sûrement à l’occasion de leurs fiestas de recrutement, arrivent-ils à tisser des liens d’amitié plus forts : quasi-2/3 a rencontré un bon ami au sein d’une de ses assos, contre 1/2 des répondants.

Par rapport aux autres, ils préfèrent le BDE, les clubs de sport, le W et le Z, mais semblent rejeter  IS et HFE.

 

2. La perception des associations à HEC

 

a) Vision des différentes composantes de l’écosystème associatif

Certaines assos cristallisent davantage les avis plutôt négatifs que les autres : le Club Foot (45%), Videcom (39%), le Zinc (37%), le RCH (37%). Ce phénomène est sans doute lié aux controverses qui ont parfois entouré certaines pratiques de ces associations, particulièrement par le passé. À titre d’exemple, on remarque que les M2 sont 47% à avoir une vision plutôt négative du Zinc, contre 33% des L3. La connotation négative de ces associations semble donc s’atténuer.

Notons cependant que les avis sur ces assos sont très polarisés : ainsi le Zinc est l’asso qui totalise le moins de votes « neutres » (17%), les avis sont soit plutôt positifs (45%), soit plutôt négatifs (39%). De même pour le RCH : il y a exactement autant d’avis positifs que négatifs (37%).

Le Club Foot et Videcom sont les deux seules assos à recenser davantage d’avis négatifs que positifs ; pour le Zinc, nous avons observé une inversion de la tendance au fil des réponses : lorsque nous avons envoyé le questionnaire, les 500 premières réponses indiquaient davantage d’avis négatifs que positifs ; mais l’épisode de la fermeture du Zinc a entraîné un afflux d’avis positifs, en soutien à une asso qui paraissait alors menacée.

D’autres assos bénéficient d’une image largement positive à l’échelle du campus : ESP’R (64% d’avis plutôt positifs pour 7% d’avis plutôt négatifs), le FHR (59% de positifs pour 8% de négatifs), le Wunder (58% de positifs), HEC Débats (56%), les Carrefours (53%)… À l’exception du FHR, les assos remportant le meilleur taux d’avis positifs par rapport aux avis négatifs semblent ainsi avoir pour but d’organiser des actions à destination de l’ensemble de l’école – mission réussie, comme en témoigne ce large plébiscite.

Certaines corrélations concernant cette question sont particulièrement intéressantes. De manière totalement intuitive, l’appartenance à une association induit une vision largement plus positive de cette même asso : ainsi 91% des membres du BDE en ont une vision positive (contre 49% en moyenne) ; c’est 96% en ce qui concerne la JE (33% en moyenne). Notons cependant que tous les membres d’une asso n’en sont pas pour autant de fervents admirateurs : certaines assos possèdent quelques membres réfractaires qui en ont une vision plutôt négative (4% au FHF, 3% au Club Foot, 2% au RCH…).

Les corrélations s’avèrent encore plus instructives à propos des appréciations croisées, c’est-à-dire de l’appréciation que les membres d’une asso ont des assos extérieures. On aperçoit par exemple une asymétrie marquée dans la relation Club Foot / RCH : le Club Foot se montre beaucoup plus positif que la moyenne vis-à-vis du RCH (14 points de plus que la moyenne dans les avis positifs), mais le RCH ne le lui rend pas, étant seulement 4 points au-dessus de la moyenne dans les avis positifs sur le Club Foot.

Notons enfin que certaines assos se portent une haine réciproque : par exemple, le Zinc et HFE ont chacun 20 points de plus que la moyenne dans les images négatives de l’autre. La haine est parfois à sens unique : ainsi le Wunder a un avis moins négatif du Zinc que la moyenne, tandis que le Zinc a un avis plus négatif du Wunder que la moyenne. Tout aussi douloureux, l’amour entre assos est parfois lui-aussi à sens unique : si la JE aime bien plus le RCH que la moyenne (10 points que plus dans les avis positifs), le RCH ne semble pas sensible outre mesure à la JE qu’il n’aime ni plus ni moins que la moyenne.

b) Vision du système associatif général à HEC

Le mode d’entrée dans les associations ne semble pas faire l’unanimité parmi les répondants : 41% des répondants affirment avoir renoncé à postuler à une asso dont l’activité les intéressait pourtant, car l’asso leur semblait trop sélective. La perspective de devoir affronter une série de tests, entretiens ou autres pour se démarquer de la concurrence semble donc en décourager plus d’un. Cependant, si l’objectif d’un tel mode de sélection est de ne retenir que les candidats les plus motivés, alors il semble efficace ! Les modes de recrutement les moins sélectifs sont d’ailleurs ceux qui arrivent en tête : les apéros sont considérés par 32% du panel comme le meilleur processus d’entrée dans une asso, suivis par la sélection naturelle (26%).

La sélectivité n’est cependant pas le seul facteur qui pousse certains étudiants à renoncer à des assos : le sentiment de ne pas être assez bode est cité par 22% d’entre vous, à égalité avec le refus d’être associé à l’image d’une asso. On remarque donc qu’au moment même de postuler, c’est-à-dire au début de la L3, les étudiants semblent déjà s’être fait une idée assez claire de l’identité des assos, au point d’y renoncer si cette idée ne leur semble pas correspondre à leur profil. Le recrutement en lui-même peut faire fuir certains postulants : une inté trop hard aurait ainsi découragé 20% des répondants.

Les répondants semblent cependant se réjouir largement de la grande liberté laissée quant au choix des assos. 69% du panel est ainsi totalement favorable à la possibilité de choisir autant d’associations que possible. Il est intéressant de constater qu’en vieillissant, les répondants sont de plus en plus nombreux à plébisciter un nombre illimité d’associations  (de 63% en L3 à 84% en M2). Peut-être en grandissant et en voyant se réduire leur temps libre, les HEC considèrent-il qu’il vaut mieux profiter du maximum d’assos tant qu’on en a les moyens ?

Concernant l’évolution du système associatif à HEC, le projet de Student Union (association chapeau destinée à contenir toutes les autres associations du campus) semble rassembler la majorité à son encontre. 37% des répondants s’y opposent, 7% seulement la soutiennent (la majorité (56%) ne sachant pas de quoi il s’agit). C’est en M1 que cette proposition est la plus fortement rejetée (54%), sans doute parce que c’est l’année où les élèves sont le plus fortement impliqués dans les assos (seuls 37% ignorent ce projet).