Cette enquête a été adressée le mardi 20 novembre aux étudiants francophones du programme Grande École. Nous avons recueilli 968 évaluations d’électifs.

Les résultats sont accessibles en cliquant ici. Ce document contient trois onglets :

  • Le premier onglet vous permet de classer les électifs en fonction des moyennes qu’ils ont obtenues aux thèmes suivants : satisfaction, contenu, utilité des compétences développées, quantité de travail, qualité pédagogique de l’enseignant.
  • Le deuxième onglet est similaire au premier, mais il exclut tous les électifs ayant reçu moins de 10 évaluations, pour des raisons de représentativité.
  • Le troisième onglet rassemble les notes individuelles attribuées à chaque électif ainsi que les commentaires des votants à leur égard.

Si vous ne l’avez pas déjà fait, vous pouvez toujours répondre au questionnaire d’évaluation en cliquant ici. Nous actualiserons les résultats ultérieurement.

En complément de cette enquête, nous attirons votre attention sur l’existence d’un document constitué par le BDE qui recense des commentaires individuels sur les électifs.

Cette enquête a été adressée le 13 nov. 2018 aux étudiants francophones du programme Grande École. Un grand merci aux 635 votants. Pour information, le formulaire-type est disponible ici.

Quelques chiffres à retenir pour briller en société

  • 62% des HEC se disent heureux, ou très heureux. Because I’m happyyyyy…
  • Si la vie sociale – alimentée par l’atmosphère campus – est la plus citée parmi les facteurs de bonheur des HEC (35%), l’atmosphère dite oppressante rend malheureux 27% des sondés. Double-tranchant.
  • Près d’un tiers des HEC considèrent leur retour sur le campus comme pénible ou angoissant. Faut dire que la perspective d’un cours de compta ou de strat’ n’arrange rien…
  • Seuls 7% des HEC disent ne pas penser accepter une moindre rémunération pour faire un travail qui favorise leur épanouissement personnel. Bisounoursland.
  • 79% des étudiants de HEC refuseraient de travailler pour Monsanto. Faut changer le pôle comm’ là ça va plus du tout…
  • 77% des GEP M1 en échange actuellement se disent heureux ou très heureux, contre 55% des L3. Courage, la GEP arrive <3 
  • Les provinciaux se disent en moyenne aussi heureux que les parisiens (62% contre 61%). Finalement, c’est sympa les week-ends sur le campus !

Lire la suite

Cette enquête a été adressée le 30 oct. 2018 aux étudiants francophones du programme Grande École. Un grand merci aux 639 votants. Pour information, le formulaire-type est disponible ici.

Quelques chiffres à retenir pour briller en société

  • Près de 6 étudiants interrogés sur 10 se disent certains de choisir un électif à dimension culturelle plutôt qu’un électif business. academicaffairsl3m1@hec.fr.
  • Seuls 11% des étudiants pensent disposer de suffisamment d’activités culturelles sur le campus. HEC Paris ?
  • La pop (21%) devance le rock (18%), la variété française (13%) et le rap (12%) parmi les styles de musique préférés des étudiants. Bon à savoir pour les prochains POWs 🙂 
  • Pour près des 2/3 des étudiants, le milieu social a constitué un élément d’influence mimétique pour leurs goûts culturels. Tel père, tel fils.
  • 64% des L3 ont lu un livre ou moins depuis la rentrée, contre 39% en moyenne. C’est la décadence han.
  • 30% des listeux BDA n’ont aucune activité artistique, contre 50% chez les non listeux. Bureau des Artistes.
  • Les listeux BDA sont 30% plus nombreux que les non-listeux à avoir été déçus par le niveau général de culture des HEC. Bureau des Arts-rogants ?
  • Les résultats du quiz sont disponibles iciHeartbeat increasing.
  • Les suggestions des répondants pour le BDA sont disponibles ici.

Lire la suite

Ce mini quiz a été adressé le mardi 6 novembre aux étudiants francophones du programme Grande École. Un grand merci aux 586 répondants. Pour information, le formulaire-type est disponible ici.

Quelques chiffres à retenir pour briller en société

  • 9/15, c’est la médiane et le mode (note la plus fréquemment obtenue) par les HEC à notre mini-test. Et vous, combien auriez-vous eu ?
  • Les 19% de gens qui ont obtenu 12/15 ou plus sont gratifiés d’un A, ceux qui ont eu moins de 7 partent en rattrapage. GPA.
  • Les grandes prépas publiques parisiennes dominent le classement par prépas, bien aidés par des ECS leaders en leur catégorie et par d’assez nombreux khâgneux. Prépa-Major.
  • Les A/L et B/L, sans surprise, dominent nettement le classement avec une moyenne générale de 11,3/15, 2 points au dessus de la moyenne. Cliché.
  • Si 24% d’entre vous seulement donnent le titre de champion du monde au brave Lacazette, seul un tiers des sondés ont suivi la réforme ministérielle intronisant Franck Riester à la tête du ministère de la culture. Bien, ta grotte ?

Lire la suite

Cette enquête a été adressée le 16 oct. 2018 aux étudiants francophones du programme Grande École. Un grand merci aux 705 votants. Pour information, le formulaire-type est disponible ici.

Nous remercions également très sincèrement les 11 étudiants ayant accepté de nous livrer leur témoignage sur la question du sexisme.

Quelques chiffres à retenir pour briller en société

  • A HEC, 41% des hommes se disent féministes, contre 79% des femmes. Dans féminisme, y a « fémin ».
  • Parmi les étudiants du panel, 7 filles sur 10 pensent qu’on n’en fait pas assez pour lutter contre les stéréotypes de genre, contre 4 garçons sur 10. En même temps, les voitures c’est plus fun que les poupées.
  • 41% des hommes sondés pensent que « laisser les mentalités évoluer avec leur temps » est un des trois meilleurs moyens proposés pour accroitre l’égalité des genres en France, contre 15% des femmes. Immobilisme.
  • 80% des femmes du panel trouvent les traditions à HEC sexistes ou très sexistes, contre 62% des hommes.
  • 12% des filles ont déjà subi au sein de HEC des mains baladeuses sur des parties intimes (poitrine, fesse, sexe).
  • Les clubs de sport masculins sont désignés par le panel comme le principal vecteur du sexisme à HEC (55%), devant certaines assos ayant provoqué un scandale sexiste l’an dernier (Zinc, Videcom notamment), l’enfermement dans l’entresoi campusard, et l’éducation reçue1.
  • Les filles de L3 sont nettement moins promptes à désigner le Club Foot et le RCH (rugby masculin) comme un des principaux vecteurs du sexisme que les M1 et VM (écart de 15 points). Deuxième chance ?

Lire la suite

Cette enquête a été adressée le 25 sept. 2018 aux étudiants francophones du programme Grande École. Un grand merci aux 552 votants. Pour information, le formulaire-type est disponible ici.

Quelques chiffres à retenir pour briller en société

  • 40% des sondés ont apprécié la descente au lac1, voire ne l’ont pas trouvé assez dure (pour 8%). Syndrome de Stockholm.
  • Seuls 10% des sondés se disent pleinement satisfaits d’avoir dépensé 50€ pour attirer au WEI une guest star (Black M en 2018, Kaaris en 2017). M’en bats les couilles, frère.
  • Avec 30% des sondés se disant nettement plus intégrés à HEC à la suite du processus d’intégration, le BDE Breaking Dead fait nettement mieux que tous ses prédécesseurs (ex: 14% pour le BDE Million Cigar Baby). Eh mercé.
  • A contrario, le sondage indique que le WEI des actuels L3 a été le moins bien organisé, 82% des sondés s’exprimant déçus. Emmenez-moi à un meilleur WEI.
  • 42% des filles ont boycotté la descente au lac contre 27% des garçons. Le bizutage, c’est masculin.
  • 34% des étudiants issus des grandes prépas privées se disent satisfaits par le processus d’intégration à HEC, contre 26% de ceux issus de grandes prépas publiques, et 20% de ceux issus d’autres prépas provinciales ou à l’étranger. Privilège.
  • La semaine d’inté (15%) et le WEI (6%) ne reviennent que très rarement parmi les meilleurs facteurs d’intégration à HEC. Tout ça pour ça…

Lire la suite

Cette enquête a été adressée le 18 sept. 2018 aux étudiants francophones du programme Grande École. Un grand merci aux 535 votants. Pour information, le formulaire-type est disponible ici.

Quelques chiffres à retenir pour briller en société

  • Seuls 7% des sondés disent craindre le chômage. Et en même temps, y a qu’à traverser la route pour trouver un emploi…
  • Ouverture, Bienveillance, Engagement : tel est le triptyque de qualités que les sondés attendent de leurs collaborateurs. How cute…
  • On ne recense que 6% des HEC qui soient sûrs de créer leur entreprise. On dirait que les early makers sont restés à Ecully, et le pioneering spirit à Cergy…
  • Les HEC sont près de quatre fois moins nombreux que la moyenne des Français à considérer le pouvoir d’achat comme un enjeu majeur du monde du travail aujourd’hui (15% vs 58%). Déconnectés.
  • A HEC, seulement 54% des élèves sont favorables à une semaine de 35h hebdomadaires ou moins. Les autres, au Goulag !
  • Bien avant le salaire (plébiscité par 49% des sondés), c’est la stimulation intellectuelle que les HEC recherchent en priorité dans leur emploi (76%). L’argent ne fait pas le bonheur. Enfin, pas totalement.
  • Un tiers des sondés souhaite actuellement travailler dans le conseil ou la finance. Pourtant, deux tiers des néo-diplômés y exercent leur premier emploi… Les requins, une espèce en voie d’extinction ?
  • Parmi les atouts qu’offre HEC à ses diplômés pour leur carrière, ce sont le réseau et le diplôme qui ont la plus haute cote : seulement respectivement 3% et 1% des sondés les jugent pas ou peu utiles. 46.000€ pour un bout de papier et un annuaire…

Lire la suite

Cette enquête a été adressée le 11 sept. 2018 aux étudiants francophones du programme Grande École. Un grand merci aux 663 votants. Pour information, le formulaire-type est disponible ici.

Quelques chiffres à retenir pour briller en société

  • En proportion, les AD sont 12 fois plus nombreux que les anciens prépas à penser que le système des classes préparatoires doit disparaître (3% contre 37%). Syndrôme de Stockholm.
  • 11% des sondés ayant suivi une classe préparatoire ont une bonne opinion de l’université, 1% une très bonne. Mépris de classe ou licence qui a mal tourné ?
  • 3 étudiants sur 5 issus de prépas la pensent efficace pour renforcer la méritocratie. Ce chiffre tombe à un étudiant sur cinq parmi les AD. QPV#1 : Reproduction sociale.
  • Les sondés seraient dix fois plus nombreux à recommander la prépa (80%) qu’à la déconseiller (8%). Apprendre à oser la prépa.
  • 43% des étudiants ayant intégré HEC à la suite d’une classe préparatoire auraient refusé l’emlyon. Ici, c’est Paris. Et sa banlieue. Même lointaine.
  • La classe préparatoire a été significativement dégradante pour la santé mentale de 9% d’entre vous, et sur la santé physique de 19% d’entre vous. Il faut souffrir pour être bon.
  • 72% des anciens étudiants en prépa sondés considèrent que la compétition était faible lors de leurs années prépa. Padamalgam.
  • A HEC, seule une étudiante sur dix a khûbé, contre un étudiant sur quatre (26%). Testostérone Intégrale.

Lire la suite

Nous remercions très sincèrement les 656 votants qui ont répondu à ce sondage. Les résultats qui suivent sont extraits d’une enquête de satisfaction diffusée le 22 mai dernier aux étudiants francophones du parcours Grande École. Ils reflètent une situation à un moment donné, celle-ci étant susceptible de varier.

Quelques chiffres à retenir pour briller en société

  • Avec une note médiane de satisfaction à 3/10, les cours à HEC n’ont pas vraiment fait consensus l’an dernier. Plus inquiétant, seuls 0,5% des étudiants donnent aux cours de HEC les notes de 9/10 et 10/10Les POWlards ont remplacé les polards.
  • Malgré cela, les 2/3 des étudiants interrogés pensent que les cours leur seront utiles à l’avenir. L’espoir fait vivre ?
  • Seul 15% du panel estime être mal ou très mal intégré à HEC. Pour les 85% restants… Posé j’suis sous Jack dans mon prépow… J’fais repérage de sharks dans mon réseau… 
  • Si 72,6% des sondés trouvent l’atmosphère à HEC agréable grâce au campus, il n’en reste pas moins que 71,2% en décrient ce qui s’apparente à une course à la popularitéHaute Ecole de Collégiens.
  • Avec une moyenne de satisfaction de 3,5/5, les Carrefours et le BDE sortent vainqueurs de l’enquête de satisfaction, devant le BDA et la JE ! Bravo Ampère.
  • A contrario, 1% du panel se dit très satisfait de l’administration de HEC. Et encore, le sondage a été fait avant le shotgun des chambres…
  • Plus de 81% des gens donnent une note supérieure ou égale à 3/5 pour l’ensemble de leur scolarité à HEC. Oh HEC… Oh HEC… Oh HEC, HEC, HEC C C, Nous on t’aime, et on t’adore, et on le crie encore plus fort !

Lire la suite

Les résultats qui suivent sont extraits d’une enquête de satisfaction diffusée le 22 mai aux étudiants francophones du parcours Grande École. Nous remercions très sincèrement les 656 votants qui ont répondu à ce sondage.

Quelques chiffres à retenir pour briller en société

  • 4,6/5, c’est la moyenne que les GEPeux1 donnent à leur choix de s’éloigner de Jouy. Il me semble que la misère… serait moins pénible au soleil !
  • Un tiers, c’est la proportion des élèves ayant choisi le parcours licence et qui regrettent leur choix. « Faites licence », they said. « It’ll be fun », they said…
  • 3,9/5 et 3,8/5, ce sont les moyennes de satisfaction des licences les plus appréciées : respectivement l’introduction aux sciences cognitives avec l’ENS Ulm, et la licence humanités à Paris IV. Ah, le quartier latin
  • Les GEP au Royaume-Uni et en Irlande sont les moins appréciées, avec 3,5/5 de moyenne. Là-baaaas, au Connemaaaaaraaaaaa !
  • Avec une moyenne de 4,4/5, le DD ENSAE et la licence de droit sont les filières qui réclament le plus de travail. Sta(t)khanovistes.
  • 4,9/5 de satisfaction, et 4,7/5 pour les possibilités de voyage, ce sont les scores impressionnants des GEPs en Amérique Latine. Unanimité à la turkmène.
  • « Mon grand père a fumé toute sa vie. J’avais 10 ans quand ma maman lui a dit, « si tu veux pouvoir un jour assister à la remise de diplôme de tes petits enfants, tu dois t’arrêter immédiatement ». Ses yeux se sont embués de larmes quand il réalisa quels étaient les vrais enjeux de cela. Il a tout de suite arrêté. Trois ans plus tard, il est décédé d’un cancer des poumons. C’était tellement triste, et ça m’a ravagé. Ma mère m’a alors dit « Ne fume jamais. Je t’en supplie, ne fais pas subir à ta famille ce que ton grand père nous a fait subir. » J’étais d’accord. À l’âge de 20 ans, je n’ai jamais touché à une cigarette. Je dois dire que je ressens un léger sentiment de regret de ne l’avoir jamais fait, puisque cette licence d’éco m’a donné le cancer de toute façon. » Moment émotion dans les commentaires laissés sur chaque parcours, que vous pouvez consulter en fin d’article.

Lire la suite